Sans titre

 

 

 

L'Agence éditoriale du Tourisme, des Voyages
et des déplacementsprofessionnels

Voyage d'affaires, Mice, transport aérien, Economie - Destinations

 

 

 

 

 

 

Ecritéo - 1 rue de la Ferme - 60240 Vaudancourt - 09 84 45 27 06 - infos(at)ecriteo.com

Le luxe, une vraie tendance !




Sans doute parce que toute l’économie se trouve freinée par un pouvoir d’achat en berne, le «haut de gamme» s’affiche -paradoxe!- comme une tendance de la rentrée. Cela couvait depuis plusieurs mois, la volonté de conquête se précise : de plus en plus de Tour-Opérateurs se présentent comme des spécialistes du luxe et du sur-mesure, les compagnies aériennes font assaut de confort dans leurs classes avant, et les hôtels multiplient spa, villas et majordomes pour mieux séduire une clientèle supposée avoir encore de l’argent à dépenser. Gare : ce ne sera pas à tort et à travers !

Rares sont désormais les hôtels 4 ou 5 étoiles à ne pas disposer d’un spa. Dans les destinations balnéaires, c’est un incontournable. Dans les villes, ils conquièrent sous sol et terrasses, à croire que le massage est devenu la panacée du confort voire du luxe. Le spa fera t-il partie des critères que devront remplir les hôtels pour décrocher leur 5ème étoile ? La réforme annoncée par le Ministre Novelli pour la fin de l’année prévoit en tous cas que les candidats à la nouvelle 5ème étoile devront répondre à des notions comme «le service» et satisfaire à des audits précis, menés par des cabinets indépendants, pour décrocher leur label. A leurs frais, c'est un détail... Il reste que l’appellation Palace, elle, ne répond toujours à aucune norme définie, et il n’est pas certain que le règne de l’auto - attribution soit terminé…
A Paris, l’hotellerie est en émoi : le Prince de Galles est à vendre, le Shangri-La a déjà son Directeur (pour une ouverture 2009), le Royal Monceau est en chantier. Il y a beaucoup d’agitation dans l’air. Le groupe londonien Maybourne (Le Conaught, le Berkeley et le Claridge) regarde cela d’un œil intéressé, avec le projet d’avoir lui aussi une adresse dans la capitale française. Son objectif ? Une adresse au top de luxe dans laquelle ses clients pourront être « smart and casual », comme au Conaught de Londres, selon son Président, en prospection cette semaine à Paris. « Smart and Casual », une définition bien moins « collet monté » que ce que certains veulent croire mais le luxe, parfois, c’est surtout la discrétion…

Annie Fave
af@ecriteo.com

Edito pour la Lettre Hedomadaire de Vacances de Luxe 12 septembre 2008