Sans titre

 

 

 

L'Agence éditoriale du Tourisme, des Voyages
et des déplacementsprofessionnels

Voyage d'affaires, Mice, transport aérien, Economie - Destinations

 

 

 

 

 

 

Ecritéo - 1 rue de la Ferme - 60240 Vaudancourt - 09 84 45 27 06 - infos(at)ecriteo.com

Retour à la rentabilité pour le transport aérien, mais l'Europe reste dans le rouge


L’Association internationale du transport aérien prévoit un bénéfice globale de 2,5 milliards de dollars en 2010 pour les compagnies aériennes. Des prévisions bien plus optimistes que les prévisions précédentes publiées en mars, annonçant une perte de 2,8 milliards de dollars.



Retour à la rentabilité pour le transport aérien, mais l'Europe reste dans le rouge
Les revenus de l'industrie sont estimés à 545 milliards de dollars en 2010, selon l’IATA, en hausse par rapport aux 483 milliards de 2009, mais toujours inférieurs aux 564 milliards d’euros atteints en 2008. "L'économie mondiale se remet de la profondeur de la crise financière beaucoup plus rapidement que prévu. Les compagnies aériennes bénéficient d'un fort rebond du trafic. Nous pensons que cela prendra au moins trois ans pour récupérer les 81 milliards (14,3%) de baisse des revenus en 2009. Mais la hausse de 62 milliards de dollars pour cette première partie de l’année nous a déjà fait parcourir 75% du chemin vers les niveaux pré-crise", a déclaré Giovanni Bisignani, président de l'IATA. Mais l’Europe reste sur le banc de cette reprise. La mauvaise santé de l‘économie, les grèves, les catastrophes naturelles, et la dépréciation de l’euro ont fortement impacté les transporteurs européens, qui font face à une perte anticipée de 2,8 milliards de dollars, selon l’IATA.

L'IATA a par ailleurs appelé les leaders de l'industrie à regarder au-delà de la crise du transport aérien au cours de la dernière décennie et à définir de façon stratégique un avenir durable. Giovanni Bisignani a présenté une vision très optimiste du transport aérien pour 2050, avec des prévisions de fortes rentabilités et le doublement des revenus de l’industrie d’ici une dizaine d’années. «Nous serons très près de zéro accident. Nous émettrons moitié moins de carbone. Nous aurons éliminé les files d'attente avec des systèmes intégrés pour assurer la sécurité. Nous fonctionnerons pratiquement sans aucun retard dans un ciel mondial unifié», a déclaré Giovanni Bisignani pour l’ouverture du 66ème congrès du transport aérien mondial de l’IATA.